Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Trajectoires comparées des nanotechnologies et de l’impression 3D

Temporalité et normativité des sciences et technologies
Volny Fages, Stéphanie Lacour et Sacha Loeve
p. 55-73

Résumés

Que nous disent les trajectoires des nanotechnologies et de l’impression en trois dimensions de la normativité des machines, et plus largement des objets technoscientifiques ? Si l’on s’en tient aux grands discours auxquels ces développements technoscientifiques donnent lieu, la réponse va de soi : ces machines sont normatives parce qu’elles sont porteuses de grands projets de changement social, économique, culturel, etc. Il nous semble que le croisement des perspectives disciplinaires, en mettant en évidence la confrontation des discours et des pratiques, permet de ne pas réduire l’analyse à cette unique dimension. Des décalages, des distorsions deviennent visibles, non seulement entre les grands discours et les pratiques sociales effectives, mais aussi parfois au sein même des discours et des pratiques. En ne nous concentrant plus uniquement sur le temps fictif des discours et le temps suspendu du droit positif, nous tentons ici penser les normativités à l’œuvre dans les objets et pratiques technoscientifiques autrement

Haut de page

Texte intégral

1Plusieurs facteurs ont aiguillé notre appétence pour l’étude des technologies émergentes vers la comparaison des trajectoires des nanotechnologies et de l’impression en trois dimensions (ou fabrication additive).

  • 1 Le Courant STS désigne un ensemble d’études interdisciplinaires des sciences et technologies qui s’ (...)
  • 2 Pour des variations sur ces concepts, associés au design ou au monde du bricolage, V. D. Gauntlett, (...)

2Star des Science and Technology Studies1, l’imprimante 3D semble littéralement coloniser leur vocabulaire : recherches « in the making », « Do It Yourself », « Design thinking », etc.2. Objet technoscientifique original, l’imprimante 3D nous est surtout apparue comme porteuse d’une grammaire discursive structurant certaines analyses de sciences sociales. Elle méritait par conséquent une attention critique spécifique.

  • 3 Sur les structures en question et le positionnement de nos recherches en Sciences humaines et socia (...)

3Quant aux nanotechnologies, elles constituent un terrain d’étude que nous avons en commun depuis plusieurs années. En France, leur structuration institutionnelle (en l’occurrence un Centre de compétences labellisé au niveau national doublé d’un GDR CNRS et d’un Domaine d’intérêt majeur de la région Île-de-France3) nous a permis de constituer une équipe interdisciplinaire de chercheurs désireux de mener des travaux ensemble.

4Les deux domaines ont, enfin, un certain nombre de points communs : les nanotechnologies et la fabrication additive sont présentées comme des technologies « clés » censées transformer en profondeur nos rapports à la matière et nos rapports socio-économiques, et, partant, « révolutionner » nos modes de production et de consommation.

5Plus qu’un exercice de style, la mise en regard de ces deux domaines pouvant sembler de prime abord relativement éloignés, est l’occasion, d’une part, de mettre en œuvre une approche interdisciplinaire originale encore en construction, et, d’autre part, de nous interroger sur l’importance des normes dans l’analyse transversale des technologies dites, nous y reviendrons, émergentes.

6Quelles normes, donc, trouver dans l’examen des trajectoires comparées de ces deux technosciences ?

7Pour voir et tenter d’analyser, dans les objets et les pratiques scientifiques et techniques, des formes de normativités signifiantes au regard du droit, les éclairages de chercheurs en histoire, en sciences politiques, mais aussi en économie, sociologie ou encore philosophie sont utiles. Ils ne sont pas évidents pour autant. Passer du schème d’une compréhension – fut-elle grossière – des réponses que les uns et les autres apportent aux problématiques suscitées, dans notre champ d’étude, par ces objets et pratiques à celui, autrement plus intéressant, de la formulation commune de questionnements et de problématiques interdisciplinaires, n’est pas chose aisée.

8Pour tenter cette expérience, nous avons choisi de privilégier une approche prudente et de diviser notre travail en différentes étapes. La première de ces étapes, dont nous exposons les résultats dans cet article, consiste à mettre nos problématiques disciplinaires au centre d’une discussion collective nourrie par des expériences de terrain, avant d’ébaucher une conclusion provisoire quant aux directions futures de l’enquête. Nous exposerons donc successivement les discussions qu’ont suscité l’approche juridique, puis la mise en perspective sociohistorique et épistémologique de nos objets, et enfin l’approche sociologique de terrain, avant de conclure.

I. Droit brut et doctrine : des noyaux dans le clafoutis de la régulation des « technologies émergentes »

  • 4 Philippe Jestaz et Christophe Jamin, « L’entité doctrinale française » (1997) 22 Dalloz 167-175.

9Selon les professeurs Jestaz et Jamin4 « la doctrine [juridique] procède à un double travail » à partir du droit brut, qui n’est au départ qu’une « simple juxtaposition d’articles de lois et de décisions jurisprudentielles ». « D’une part, elle lave et dénoyaute les cerises après en avoir enlevé les queues : autrement dit, elle élimine les contradictions, obscurités ou insuffisances du droit à l’état brut. D’autre part elle élabore une pâte (la dogmatique) pour enrober les cerises (classer les solutions normatives) et faire du tout son clafoutis (le système) ».

  • 5 Dans un autre style, la doctrine serait « l’épouse au foyer, chargée de mettre chaque jour en ordre (...)
  • 6 Olivier Cayla, « Ouverture : la qualification, ou la vérité du droit » (1993) 18 Droits Rev Fr Théo (...)
  • 7 Marie-Angèle Hermitte, « Le droit est un autre monde » [1999] 7 Enquêtes, Arch Rev Enq 17-37.

10La métaphore culinaire a son charme, désuet5, mais il faut reconnaître qu’elle ne permet pas de résoudre le problème rencontré lorsque l’on ne cherche plus à étudier le droit – fut-il brut – mais à comprendre les rapports que celui-ci entretient avec la normativité d’objets et de pratiques scientifiques et technologiques. Mener une analyse doctrinale classique supposerait donc a minima, ici, un travail préalable de qualification, au sens juridique du terme6, une traduction des faits dans le monde du droit, pour reprendre les termes de Marie-Angèle Hermitte7.

A. Difficultés de la traduction juridique des faits et pratiques technoscientifiques

11Traduire juridiquement le monde des nanotechnologies et de l’impression 3D… L’exercice peut paraître stimulant, il est difficile à bien des égards, mais, surtout, il est peut-être vain. Vain, parce que ces objets sont hétérogènes et aussi parce que leur réalité sociale est toujours en construction, imprévisible.

  • 8 Pour se faire une idée des applications existantes ou programmes et des disciplines scientifiques e (...)
  • 9 Ibid.
  • 10 Stéphanie Lacour, « L’impossible définition des substances à l’état nanoparticulaire ; Note sous Dé (...)

12En effet, l’impression 3D comme les nanotechnologies recouvrent des réalités hétérogènes qui ne sont pas facilement préhensibles intellectuellement. Dans ces deux domaines, nous sommes à la fois dans le registre des recherches les plus fondamentales, mobilisant à peu près toutes les disciplines scientifiques imaginables, et dans celui des applications, qui concernent presque tous les secteurs industriels, des textiles à l’électronique, des grands groupes de l’agro-alimentaire à ceux de la pharmacie8. Ces applications ouvrent la voie à des problématiques de sécurité au travail tout autant que de gestion des déchets ou de protection des libertés individuelles. Nous sommes dans les laboratoires de recherche publique, mais aussi dans des espaces de hackers, dans les usines comme dans les assiettes… Nous sommes face à des objets encore en construction, aussi bien scientifique que sociale, mais déjà massivement investis par les discours et l’argent public. Ces objets et ces pratiques sont au cœur de controverses, porteurs d’imaginaires débridés9 et pour tout dire, ils ne se caractérisent précisément que par leur incommensurable indéfinition10.

  • 11 Jean-Baptiste Thomas-Sertillanges, « Droit et technologies : concilier l’inconciliable ? » (2014) v (...)

13La seconde difficulté de la traduction en droit tient au caractère émergent et imprévisible de ces technologies et de leurs effets sociaux, qui rend inopérants les automatismes classiques guidant leur qualification. Difficile, en effet, de fonder le choix d’une qualification, indépendamment des qualités propres de l’objet appréhendé, sur le régime juridique que l’on souhaite lui appliquer, quand cette question est précisément celle que l’on se pose. Face à une telle situation, certains auteurs11 proposent des éléments de logique procédurale dont on pourrait résumer ainsi les étapes :

  1. Analyser objectivement les objets et pratiques étudiés en les comparant avec l’état de l’art antérieur ;

  2. Analyser les normes juridiques mobilisées dans l’état de l’art antérieur et leur pertinence au regard de la situation nouvelle ;

  3. Le cas échéant, alerter les dépositaires du pouvoir de dire le droit brut (législateur, juridictions et/ou administrations) sur la nécessité d’amender ce dernier et, éventuellement, suggérer à ces derniers les modalités techniques des amendements à opérer, ce qui facilitera d’autant, par la suite, le travail de dogmatique.

14Derrière la logique et la simplicité affichée par ce raisonnement, bien des questions demeurent, toutefois, ouvertes.

B. Écueils de la traduction juridique des faits et pratiques technoscientifiques

  • 12 V. Notamment, Jérôme Lamy, « Penser les rapports entre sciences et politique : enjeux historiograph (...)

15Se pose tout d’abord un problème de commensurabilité entre mondes technoscientifiques et juridiques. En prétendant comparer l’état de l’art scientifique et technique avec celui des normes juridiques à un instant t pour statuer sur l’avenir du système juridique, nous présupposons une temporalité unilinéaire dans laquelle nous savons bien que ni les développements technoscientifiques12 – ô combien buissonnants, mêlant des temps multiples – ni l’évolution du système juridique, construction éminemment sociale, ne trouvent adéquatement leur place.

  • 13 Stéphanie Lacour, « Nanotechnologies : réguler l’incertitude ? » (2011) 78 :2 Droit Société 429-446

16Cette méthode, par ailleurs, présuppose que la traduction de faits appartenant au monde technoscientifique, pour peu que nous soyons aptes à les concevoir, en notions et concepts juridiques, répond à une grammaire communément partagée. Or, cette grammaire, standard de commensuration, n’est, par hypothèse, pas encore écrite ou, pour le dire autrement, elle est en permanence en cours d’écriture et cette écriture est non seulement complexe mais surtout partagée13. Les forces créatrices à l’œuvre sont aussi diverses que les acteurs concernés par les faits technoscientifiques étudiés, chacun disposant d’intérêts et de temporalités spécifiques. Traduire, qualifier à l’instant t permet, certes, de dépasser une partie des objections que cette difficulté fait surgir, mais ce choix ne peut se faire sans que nous ne le questionnions.

17La seconde difficulté tient à la performativité de la recherche juridique. Nos diagnostics ne sont pas sans influence sur la situation étudiée, ainsi que sur les options juridiques finalement suggérées. En nous octroyant, sur des sujets aussi complexes, le devoir d’analyser objectivement et l’état du monde et l’état du droit, puis de suggérer des modifications techniques du second pour mieux réguler le premier, nous supposons que notre intervention doit – et peut – rester neutre. S’agissant de technologies en devenir, la production normative, fut-elle doctrinale – est pourtant susceptible d’influencer très concrètement l’avenir, et de favoriser certaines trajectoires sociotechniques aux dépens d’autres possibles.

  • 14 Alain Gras, « L’évaluation du fait technique, une métaphysique pour l’hypersauvage contemporain » ( (...)

18Le risque, en fin de compte, si nous présupposons tout à la fois de la neutralité de notre démarche et de la commensurabilité de nos hypothèses, n’est pas tant de commettre des erreurs dans la représentation que nous nous ferons des nanotechnologies ou de la fabrication additive. Il est plutôt de ne les voir qu’au prisme des grands discours de l’économie des promesses. Ces discours présupposent en effet une temporalité unilinéaire dont la construction n’est jamais questionnée. Nous risquons alors de qualifier juridiquement ces discours, sans prêter suffisamment attention à la question de savoir qui les porte, et dans quel but, et pour quelle portée réelle dans les pratiques. Une même méprise est dénoncée par Alain Gras en matière d’évaluation du fait technique, lorsque l’auteur souligne que l’objet technique est « toujours un objet social et en cela il est évidemment polyfonctionnel » et que « la difficulté, souvent passée sous silence, devient alors celle de savoir si c’est toujours la même fonction que la série d’objet met en scène dans son historicité14 ». Puisque la régulation ne pourra, par hypothèse, que s’appliquer dans l’avenir, il importe pour celui qui la pense et qui qualifie juridiquement le discours technoscientifique, de ne pas projeter dans le futur que le seul discours actuellement dominant, mais également tous ceux qui peuvent surgir de l’objet technoscientifique et des pratiques qui lui sont associées.

  • 15 V. Danièle Lochak, « La doctrine sous Vichy ou les mésaventures du positivisme » dans l’ouvrage Les (...)

19Les écarts entre discours public et réalité sociale sont certainement moins problématiques lorsque le discours analysé est celui du « droit brut ». Quelle que soit la distance qui sépare ce dernier de la réalité qu’il prétend réguler, elle est, au moins théoriquement, peuplée par un ensemble de procédures et d’institutions qui sont, en France et en Europe, autant de garanties démocratiques. Sans doute suffit-il alors – mais encore faut-il rappeler que cela n’a pas toujours été évident – de ne pas tomber dans le technicisme juridique obtus et de conserver suffisamment d’esprit critique pour éviter les chausse-trappes d’une exégèse complaisante de législations scélérates15.

20Lorsque le discours analysé, comme c’est le cas ici, n’est pas celui des institutions habilitées à dire le droit mais celui de toutes celles et de tous ceux qui se sentent concernés par les enjeux du développement de la technologie en société, ne pas en interroger la source et les motivations revient – de facto – à accepter d’intégrer dans le système que nous construirions les intérêts de communautés qui ne sont pas nécessairement liées par le même contrat social : communauté des chercheurs dans les nanotechnologies, des entrepreneurs ou des hackers-makers dans la fabrication additive. Pour être en mesure d’aller au-delà de l’écran des grands discours, croiser nos regards est, par conséquent, une nécessité.

II. La normativité des machines comme économie des promesses

A. Des machines et des promesses

21Dans le cas qui nous intéresse, ces regards croisés nous ont très vite permis de dégager un invariant dans l’approche comparative de ces deux programmes de développement technoscientifiques. Dans les deux cas, à 10 années d’intervalle à peu près, ces discours sont fondés sur la mise en avant du besoin de machines, sur l’idée que le financement de machines par les pouvoirs publics porte, en germe, la promesse d’un futur radieux. Il s’agit donc d’une superposition de machines et de promesses. On se demandera en quoi ces machines, loin de constituer des faits neutres et objectifs, ont une normativité qui leur est propre, afin d’aboutir à un questionnement sur la manière dont la normativité du droit et la normativité des machines peuvent s’articuler.

22Dans le champ des nanotechnologies, au début des années 2000, c’est au financement de l’instrumentation de précision qu’il est fait appel. Ces machines, microscopes à effet tunnel et microscopes à force atomique pour les plus emblématiques, permettent aux scientifiques d’imager et de manipuler la matière à l’échelle nanométrique. Elles sont censées ouvrir la voie à une révolution industrielle fondée sur la connaissance. En ouvrant la porte du nanomonde, ces machines font miroiter la promesse d’un futur dans lequel les pays producteurs de connaissances garderont la main sur l’économie mondiale.

23Quant à la fabrication additive, elle est associée depuis le début des années 2010 à des discours en appelant au financement de machines de prime abord plus simples de conception (c’est même l’un des slogans de l’imprimante 3D : Keep It Simple !). Encore plus clairement qu’avec les nanotechnologies, ce n’est pas tant dans les spécificités intrinsèques des machines que réside le secret des promesses de la 3D, mais bien plutôt dans les modalités de leur déploiement. Financer l’acquisition de ces machines doit permettre, en démocratisant ces technologies permettant la concrétisation matérielle de la moindre de nos idées, de relocaliser les capacités productives, et, partant, de susciter une révolution industrielle et organisationnelle propre, encore une fois, à maintenir la prééminence économique mondiale des pays occidentaux.

24Dans les deux cas, des machines – de manipulation d’atomes et de fabrication additive – sont présentées comme le cœur névralgique d’une transformation réciproque des rapports à la matière et des rapports socio-économiques. Cette double transformation est censée s’opérer sur la base d’une analogie entre matière et information, atomes et bits, monde physique et monde numérique. Ces machines sont censées performer ce discours, le transformer en réalité.

B. Normativité des machines et grands récits

25En quel(s) sens est-on fondé à affirmer que ces machines sont « normatives » ?

26Dans le cas des nanos, les instruments de microscopie en champ proche n’ont pas seulement servi à faire avancer les connaissances et les capacités d’action sur le tout petit : ils ont aussi permis de façonner une politique de recherche. Avec le lancement de larges plans de financement dans tous les États des pays industrialisés et émergents, à commencer par les États-Unis avec la National Nanotechnology Initative préparée dans les années 1990 et inaugurée officiellement par un speech du président Clinton à Caltech en 2000, il n’est pas exagéré de dire que cette politique s’est construite, à une échelle mondiale, à grands coups d’images de microscopie en champ proche.

  • 16 Pour la traduction française, voir Eric DrexlerEngins de création : l’avènement des nanotechnolog (...)
  • 17 Notamment au sein de la petite communauté de l’électronique moléculaire (Aviram, Ratner, Carter). C (...)

27Pour le montrer, revenons rapidement sur cette histoire. Dans les années 1980, les nanotechnologies sont portées par un jeune enthousiaste du MIT, Eric Drexler. Celui-ci y consacre son sujet de thèse, supervisée par Marvin Minsky, pape de l’intelligence artificielle. Il fréquente aussi le mouvement cryogéniste proche du transhumanisme naissant. En 1986, son livre Engines of Creation : the coming era of nanotechnology16, met en scène des nanorobots moléculaires autoréplicatifs qui manipulent d’autres atomes et molécules pour fabriquer tout ce qui est possible. Il s’agissait certes d’anticipation, mais avec une base scientifique et une volonté de la part de Drexler de convaincre la communauté scientifique de la crédibilité de sa prospective – ce qui, dans un premier temps, fut loin d’être le cas. Les chercheurs s’y sont montrés indifférents, à de rares exceptions près17.

  • 18 L’exploit avait déjà réalisé involontairement, lorsqu’on laissait la machine scanner « toute seule  (...)
  • 19 Donald Eigler et Erhard Schweizer, « Positioning single atoms with a scanning tunnelling microscope (...)

28En 1990, un physicien de IBM, Don Eigler, réalise la première manipulation volontaire18 d’atomes individuels avec un microscope à effet tunnel (STM). Les images du logo IBM épelé avec 35 atomes de xénon sur une surface de nickel sont publiées dans Nature19. Le livre de Drexler est ensuite republié avec une postface où il cite cette « manip » pour affirmer en substance « voyez : ce que je dis, ça marche ». Son livre devient rapidement un best-seller.

  • 20 New Technologies for a Sustainable World, U.S. Senate Committee on Commerce, Science, and Transport (...)

29En 1992, Drexler est invité au Sénat par Al Gore (alors sénateur du Tenessee), qui organise une consultation sur le thème des « Nouvelles technologies pour un monde soutenable »20.

30Drexler a préparé un texte assez long. Au final on ne lui accorde qu’une petite dizaine de minutes pour s’exprimer. Celui-ci va donc droit à l’essentiel : il évoque la concurrence japonaise, il lance quelques grandes promesses (capture du carbone, production zéro‑déchet, faire pousser les objets comme des arbres) mais surtout, il montre des images, et en particulier celle du logo IBM. Il rapporte alors que, s’il y a cinq ans, on lui posait encore la question « est-ce réellement possible ? », aujourd’hui, la question ne se pose plus car une partie de son discours est devenue une image.

31À ce stade du récit de l’émergence des « nanos » dans les politiques de recherche, on peut déjà souligner que loin de suivre une temporalité linéaire qui mènerait des anticipations aux applications, cette émergence s’est faite par fécondation croisée de plusieurs lignes temporelles :

    • 21 Chris Tourney, “Apostolic succession”. Engineering and Science68(1), 2005, p. 16-23.

    Un imaginaire d’anticipation rendu rétrospectivement crédible par les prouesses d’un instrument qui, au départ, n’avait rien à voir avec un quelconque programme en nanotechnologies – le développement initial de l’instrumentation en champ proche en était complètement indépendant : ses inventeurs n’avaient pas connaissance du programme de Drexler et réciproquement21.

  • Cet instrument était lui-même inscrit dans une pluralité de trajectoires : pour le prestige, dans la noble famille des microscopes qui permettent de « voir » de plus en plus petit, à la suite du microscope électronique, et donc dans le grand récit du progrès des instruments de physique ; pour son fonctionnement, dans la lignée plus méconnue des instruments de caractérisation industrielle de surface, celle des profileurs et des topographes à pointe.

  • 22 Voir par exemple : Robert Driscoll, Michael Youngquist, et John Baldeschwieler, « Atomic-scale imag (...)

32Le STM a, de plus, connu une crise au tournant des années 1990, aujourd’hui oubliée : la publication abondante d’images de graphite pris pour de l’ADN, assortie d’un discours sur les promesses du STM pour le séquençage génétique nucléotide par nucléotide22. Après cet épisode malheureux, la communauté des STMers a su profiter de l’aubaine qu’offrait la médiatisation du thème nanotech et de son imaginaire mobilisateur pour s’inventer un avenir, à une période où, de plus, la recherche fondamentale d’entreprise pratiquée par les grands groupes comme ATT/Bell Labs et IBM se voyait restructurée, soumise à des coupes budgétaires importantes : il fallait donc inventer un nouveau récit pour remobiliser les financements vers les sciences physico-chimiques.

33Ce récit linéaire, largement mythologique et hagiographique (par exemple avec la figure de Feynman) a été écrit après-coup. Dans les années 1990, le World Wide Web est ouvert au public, l’image d’Eigler est numérisée en 3D et en couleur. Rebaptisée « The Beginning », elle s’en va parader sur internet. Les firmes nipponnes Hitachi et NEC répliquent en publiant leurs propres images de manipulation d’atomes au STM, renforçant l’image du Japon comme concurrent commercial majeur des États-Unis. Dans ce contexte, l’écriture atomique des logos, drapeaux et autres pictogrammes lance les firmes et les nations dans une course pour le prestige symbolique que ce type d’image procure. On part à la conquête du nanomonde comme on partait auparavant à la conquête de l’espace.

34Par la diffusion massive d’images de paysages, d’édifices, de dispositifs et d’inscriptions atomiques, la microscopie en champ proche a joué un rôle clé dans la cristallisation de tout un imaginaire du « nanomonde » comme nouvelle dimension à explorer, à conquérir et à coloniser. À travers ces images, le nanomonde est présenté comme un espace à part, inaccessible au profane et un brin occulte, tout en faisant référence à des thèmes largement partagés, comme la conquête du Far West ou celle de l’espace, ou encore l’art pariétal de nos lointains ancêtres…

35Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que les images de microscopie en champ proche ont amplement contribué à promouvoir les initiatives de financement des nanotechnologies à une échelle mondiale, ou en tout cas à l’inscrire dans des modes de spatialisation et de temporalisation caractéristiques : espace à part du « nanomonde » comme nouvelle terre promise ; fabrication rétrospective d’une temporalité linéaire de l’innovation technico-instrumentale.

  • 23 Selon les promoteurs du programme de développement et de financement des nanotechnologies, Mihail C (...)
  • 24 Voir le rapport CTEKS (Converging technologies for a European Society of Knowledge) : Nordmann, Alf (...)

36On peut donc parler de normativité de ces machines, non pas au sens juridique, mais au sens où elles ont contribué à produire un alignement de trajectoires techniques, imaginaires et politiques dans un grand programme de colonisation du nanomonde destiné à assurer aux pays producteurs de connaissances une nouvelle forme de suprématie high-tech destinée à transformer de fond en comble non seulement le monde à l’échelle nanométrique, mais aussi la société et l’humain, que ce soit à travers le projet américain de convergence NBIC, vaste programme d’ingénierie sociale au service de « l’augmentation des performances humaines »23, ou le projet européen d’économie et de société de la connaissance24, puis de l’« Europe de l’innovation » et de son volet sociétal, la « Recherche et l’innovation responsable ».

  • 25 Rumpala Yannick, « L’impression tridimensionnelle comme vecteur de reconfiguration politique », Cit (...)

37Quant à l’imprimante 3D, elle est inextricablement mêlée à de multiples récits prospectifs normatifs. Dans ces récits, la machine est susceptible de réagencer suffisamment l’économie et le social (ou réagence déjà, c’est selon) pour faire advenir diverses utopies technocentrées. Ces machines à « matérialiser » en quelque sorte directement les idées seraient aussi des machines à autonomiser, des machines à démassifier, des machines à désintermédier, des machines à démarchandiser, et des machines à relocaliser25.

38Qu’il s’agisse des promoteurs de ces technologies, des représentants politiques ayant décidé de les financer, ou de nombreux analystes, les descriptions générales font la part belle à des discours émancipateurs et révolutionnaires technophiles d’ordres divers :

  • L’impression 3D est ainsi promue comme un outil qui permettra (enfin) la réalisation d’utopies politiques mettant en avant l’autoproduction, l’émancipation par rapport aux modes centralisés de la production industrielle actuelle, le partage de connaissances, et jusqu’à la fin du salariat par la disparition de la valeur marchande de produits qui échapperaient désormais au marché car fabriqués sur notre bureau ou au coin de la rue (on évoque souvent la figure d’Ivan Illich).

  • Comme pour les nanotechnologies, l’impression 3D est parfois associée à diverses promesses transhumanistes. Certaines des prouesses techniques de la fabrication additive en médecine renforcent régulièrement les fantasmes d’un homme augmenté (impression de tissus humains par des « imprimantes », impressions de prothèses dentaires, de mains articulées, etc.).

    • 26 Industrie 2.0 : Jouer la rupture pour une renaissance de l’industrie française. Rapport McKinsey Fr (...)
    • 27 Pour l’impression 3D, cf. Obama dans son discours sur l’état de l’Union 2013 pour les US ; projets (...)

    L’impression 3D et les nanos sont largement présentées comme des technologies « de rupture »26 qui se trouveront au cœur de la révolution industrielle à venir. Selon ce discours, l’innovation, représentée par quelques technologies emblématiques, est la clé pour ne pas se laisser distancier dans la course économique mondiale et rapatrier la production d’objets manufacturés dans les pays du Nord27.

  • 28 P. B. Joly, “On the economics of techno-scientific promises”, in M. Akrich, Y. Barthe, F. Muniesa (...)

39L’investissement des entreprises et des États dans le développement de ces machines relève d’un gouvernement par les promesses technoscientifiques28, dont on espère qu’elles transformeront les pratiques. Ce discours suppose donc une confiance sans faille dans la normativité de ces machines. Il repose, de fait, sur un ensemble de promesses que l’examen des pratiques existant aujourd’hui autour de ces machines peut amener à relativiser.

III. Par-delà l’économie des promesses : montrer des décalages par la confrontation aux pratiques

40La superposition de machines et de promesses possède, on l’a vu dans les deux cas qui nous intéressent, un fort pouvoir normatif. Elle opère la (re)construction des récits d’évolution sociotechnique, passée ou à venir, et elle fabrique et réifie des linéarités temporelles.

41Nous terminerons notre analyse en évoquant d’autres tensions qu’il est possible de faire émerger dans les discours relevant d’un régime d’économie des promesses lorsqu’on les confronte aux pratiques des acteurs concernés et aux utilisations effectives des machines mobilisées dans ces discours. Nous nous limiterons ici à une simple évocation de la diversité et de la richesse des configurations observées sur le terrain. Celles-ci nous permettront ainsi de souligner les désajustements multiples entre les pratiques et les discours, perçus dans les manières concrètes d’appréhender ces dispositifs sociotechniques. Ces désajustements nous permettront d’ouvrir des perspectives dans la manière dont le droit est susceptible de se saisir des technologies étudiées ici.

A. Les « Nanos » : une communauté hétérogène

42Dès le lancement de la NNI, les programmes de financement des recherches en « nanos » tendent à présenter ce domaine comme possédant une cohérence d’ensemble, une unité structurelle de méthodes et de pratiques prenant notamment sens, côté américain, on l’a vu, dans un grand récit de la convergence technologique (NBIC). Cette unité, justifiée dans le discours par l’échelle spécifique à laquelle les scientifiques se placent pour observer et manipuler, s’appuie alors sur la maîtrise supposément partagée des instruments emblématiques de caractérisation et de synthèse déjà évoqués, le STM et l’AFM.

  • 29 Les formations universitaires en « nano » mettent par exemple toutes en avant l’importance de la ma (...)
  • 30 Christian Joachim et Laurence PlévertNanosciences, la révolution invisible, Paris, Seuil, 2008.

43Les microscopes à effet tunnel (STM) et à force atomique (AFM) ont en effet été érigés en emblèmes de ce domaine de recherche et sont, de fait, des pièces maîtresses dans la structuration de la communauté « nano » en constitution depuis 15 ans29. Malgré cela, dans la pratique, peu de chercheurs estampillés « nano » utilisent effectivement ces machines. Pour beaucoup d’entre eux, cette utilisation est soit externalisée (d’autres équipes se chargent des analyses, synthèses et caractérisations), soit accessoire (un AFM standard permet tout au plus de produire de belles images), soit tout simplement non pertinente. Il y a bien une minorité de chercheurs voués à une pratique approfondie du STM, mais très peu en perspective d’applications qui laisseraient augurer une nouvelle « révolution industrielle »30.

  • 31 Schummer J., « Interdisciplinary issues in nanoscale research », in Nordmann A., Schummer J., Baird(...)

44Le discours de la convergence des sciences et des technologies à l’échelle nanométrique s’est avéré peu performatif d’un point de vue sociologique. Certains travaux ont souligné le caractère mal défini de l’identité disciplinaire des nanosciences et nanotechnologies. La plupart des chercheurs estampillés « nano » disent faire des nanos, et ne se considèrent pas comme des « nanoscientifiques ». Bien qu’appartenant aux réseaux structurant le domaine, les équipes continuent souvent à publier dans leurs disciplines d’origine (« nano-chimie », « nano-physique », « nano-électronique » par exemple) et développent peu d’interactions entre celles-ci31. Ce constat d’une absence d’interdisciplinarité effective dans les « nanos » suggère que les machines emblématiques du domaine n’ont pas suffi à structurer celui-ci en une communauté cohérente et homogène.

  • 32 Jouvenet, Morgan, « Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expérience et sens (...)
  • 33 Galison, Peter, Image and logic. A material culture of micro-physics, Chicago, The University of Ch (...)
  • 34 Terry Shinn et Anne Marcovitch, Towards a New Dimension. Exploring the Nanoscale, Oxford University (...)

45Il ne s’agit pas ici de nier la normativité de ces machines, mais plutôt de souligner que cette normativité discursive et programmatique n’a pas fait pas advenir, pour l’instant, les promesses qui ont été formulées au début des années 2000. L’interdisciplinarité tant annoncée s’est par exemple souvent incarnée dans des pratiques de coopération entre des acteurs possédant des cultures épistémiques demeurant parfois très distinctes32. Le terme ombrelle « nano » abrite certes des projets coopératifs, mais il s’agit plutôt d’interactions du type trading zone33 ou de « respirations »34 que de véritables formes de convergence. La communauté « nano » demeure encore fortement marquée par des structurations disciplinaires, et les intérêts défendus par les acteurs, leurs pratiques réelles, et les enjeux socio-politiques de leurs recherches demeurent fortement hétérogènes.

46Le constat de cette diversité est important, nous semble-t-il, pour penser le droit des « nanos ». Les programmes « nano », en mettant en avant l’importance des innovations concernant les nouveaux matériaux tendent (en cohérence avec l’imaginaire porté par les machines qui donnent à voir ces matériaux nanostructurés), à suggérer au régulateur que ce nouveau domaine pose essentiellement des questions de risques sanitaires et environnementaux (qui seraient, en outre, déjà appréhendés, moyennant quelques adaptations seulement, par le droit positif).

47Revenir aux pratiques effectives des acteurs sans se laisser aveugler par les grands récits unificateurs, c’est voir émerger la variété des spécialités disciplinaires des chercheurs, et des types d’objets brevetés et mis sur le marché, ce qui peut mettre en évidence l’existence, simultanée, d’autres problématiques susceptibles d’intéresser le droit. Au sein du C’Nano par exemple, aux côtés des recherches sur les nouveaux matériaux, les électroniciens occupent une place particulière, travaillant sur des objets aussi variés que la spintronique, l’électronique moléculaire, l’électronique quantique, les dispositifs lab-on-a-chip, les systèmes RFID, et l’augmentation des capacités de stockage de l’information. Tous ces domaines ont en commun que les objets produits ne posent pas directement des questions de risques sanitaires et/ou environnementaux mais soulèvent des questions juridiques bien plus variées. On peut évoquer pêle-mêle les interrogations relatives au statut des personnes, en termes de bioéthique notamment, aux libertés individuelles et au contrôle des données à caractère personnel, aux propriétés intellectuelles et tout particulièrement aux brevets d’invention, ou aux règles relatives à l’évaluation et la sécurité des médicaments et dispositifs médicaux. Ce pan électronicien des « nanos » suppose également de penser en droit la protection de l’environnement dans une phase qui n’est plus celle des activités de production et distribution des substances brutes mais aussi, et surtout, celle des déchets, toujours plus nombreux et complexes à traiter en raison même de la miniaturisation accrue des systèmes. Il soulève des questions relatives à la protection des travailleurs, en France et à l’étranger, dans une perspective de protection de la santé et la sécurité des travailleurs et de réflexion sur les conséquences du dumping social et environnemental. Enfin, plus théoriques mais non moins importantes, de très nombreuses questions sur les modalités d’interactions existantes ou à établir entre des registres normatifs qui se concurrencent parfois plus qu’on ne le pense : normes techniques (ISO, AFNOR, CEN), normes industrielles (feuilles de routes, codes de conduites internes ou de branches), normes éthiques, etc., et normes juridiques.

48Ne pas poser ces questions, accepter de n’analyser que le ou les droits explicitement mobilisés par les discours des promoteurs des « nanos » reviendrait à nier, au profit des intérêts des seuls acteurs que ce discours sert, ceux de tous ceux qu’il pourrait affecter.

B. Imprimantes 3D : une utilisation encore très marginale, même dans les FabLabs

  • 35 Chuck Hull brevète en 1984 un procédé de stéréolithographie qui le conduira à la création de l’entr (...)
  • 36 Barak Obama, le 12 février 2013, dans son discours sur l’état de l’Union, s’est longuement attardé (...)
  • 37 Makerbot Industries, une des entreprises les plus importantes sur le marché des imprimantes 3D à us (...)
  • 38 Lallement, Michel, L’âge du faire : hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, 2015.

49L’impression 3D utilise des technologies ayant été brevetées pour la plupart durant les années 198035. Mais ce n’est qu’à partir des années 2010 que la fabrication additive apparaît dans les discours des élites politiques36, qu’un marché se développe en commercialisant des machines hors du seul monde de la production industrielle37, et que des communautés d’utilisateurs (de makers) s’organisent38.

  • 39 Bottollier-Depois François, Bertrand Dalle, Fabien Eychenne, Anne Jacquelin, Daniel Kaplan, Jean Ne (...)
  • 40 Lallement, ibid., p. 49-55.

50Résultant en partie de l’institutionnalisation des hackerspaces créés dans les années 1990, les FabLabs sont des lieux de fabrication collaborative, mettant en partage des machines permettant de transformer la matière. Rapidement, et même si elles n’étaient pas présentes dans les premiers FabLabs39, les imprimantes 3D ont constitué un emblème pour ces espaces, comme le STM et l’AFM pour les « nanos ». En effet, les valeurs d’ouverture, de partage, de créativité dans ces lieux40 ont croisé les représentations collectives de l’impression 3D – machine censée ouvrir des potentialités infinies en matière de design et de prototypage rapide – ce croisement se matérialisant par la mise en avant des imprimantes 3D dans ces espaces collaboratifs.

  • 41 Bottollier-Depois et alii, ibid., p. 60-72.

51Il est important de souligner que malgré le label unificateur « FabLab » et un logo unique, dont l’utilisation est conditionnée par le respect d’une charte établie par le MIT, les organisations effectives et l’insertion institutionnelle de ces ateliers de fabrication sont particulièrement variées. La liste des FabLabs français inclut par exemple aussi bien le RuralLab associatif de Néons-sur-Creuse (dans l’Indre), installé dans les locaux d’un ancien bistrot prêté par la mairie, que le FacLab de l’université de Cergy-Pontoise, ou le FabLab de la Cité des Sciences et de l’Industrie administré par des employés de cet établissement public. Afin d’ordonner cette diversité, un rapport récent de la Direction générale des Entreprises a proposé une typologie des ateliers de fabrication numérique (pas uniquement labellisés FabLab). Les auteurs y distinguent notamment les ateliers « tout public », dont la structure est généralement associative, les ateliers d’entreprise, les ateliers institutionnels, insérés dans des universités ou des CCSTI par exemple, et les ateliers professionnels, dans lesquels sont développés des projets ayant souvent pour ambition une exploitation industrielle ultérieure et dont les services sont payants41.

  • 42 Des espaces de partage de fichiers et d’informations diverses, en libres d’accès, sur le modèle de (...)

52Associée à ces espaces de liberté créatrice et de partage (supposément) sans limites, l’imprimante 3D a jusqu’ici été appréhendée par le droit par le biais des questions de propriété intellectuelle. En théorie, la mise en partage sur des « wiki »42 de fichiers permettant de reproduire des objets sous licence ou en passe de faire l’objet de dépôts de brevets font en effet émerger le même type de problèmes que ceux posés par les logiciels libres ou par le partage de fichiers en peer-to-peer. Mais qu’en est-il en pratique ?

  • 43 Lallement, ibid., p. 387-390.
  • 44 Bottollier-Depois et alii, ibid., p. 22.

53S’il est vrai que certaines communautés de « hackers/makers » défendent des valeurs sociales et politiques entretenant des liens étroits avec le monde du libre43 (encore ces communautés sont-elles également très diverses, de la culture hacker à l’engagement pour l’éducation populaire), les mouvements qui structurent ces communautés, les mondes du faire, du DIY (Do it yourself), sont en réalité loin d’être principalement centrés sur la technologie de l’impression 3D. Dans les FabLab, alors qu’en France, en 2014, 92 % d’entre eux affirment posséder une imprimante 3D44, nous avons pu constater que celle-ci n’est souvent aucunement centrale ni autosuffisante. Elle n’est qu’un élément, parmi d’autres, dans un large parc de machines et d’outils, allant des cartes électroniques programmables de type Arduino aux fraiseuses numériques et autres découpeuses laser ou imprimante à découpe vinyl. Et les imprimantes 3D présentes dans ces lieux sont rarement de qualité professionnelle. Omniprésentes, la Makerbot ou l’Ultimaker (machines standards d’entrée de gamme, faciles d’utilisation) sont surtout, avec leur design futuriste et leur néon bleu, des objets symboliques que l’on place en quelque sorte en vitrine pour attirer le chaland, matérialisant une interface entre l’intérieur et l’extérieur du Fablab. Elles servent à appâter les financements comme les personnes, à recruter dans l’espace du FabLab, pour emmener éventuellement vers d’autres machines le curieux qui voudrait aller plus loin.

54Autre imprimante 3D symbolique, la RepRap est une imprimante fabriquée « maison » à partir d’un plan en open-source et dont les pièces peuvent théoriquement toutes être produites par une autre RepRap. En théorie toujours, c’est donc une machine pouvant se répliquer elle-même à la manière d’un logiciel ou d’un virus, à très bas coût et dont on pourrait attendre qu’elle compose le socle de la démarche pédagogique des FabLabs. Or malgré l’image de fluidité dans la diffusion et dans la fabrication de cette machine, on constate que celle-ci est rarement utilisée. Comme ses cousines industrielles d’entrée de gamme, elle est également disposée symboliquement à l’entrée du FabLab, comme pour montrer que l’on s’apprête à pénétrer dans le monde du DIY, mais elle est tellement fragile que, souvent en panne, personne n’ose y toucher.

55Quant aux machines 3D haut de gamme, à frittage de poudre et résolution micrométrique, certains FabLabs très institutionnalisés et bénéficiant de mécénat privé, en possèdent, mais nous avons pu constater qu’elles sont très peu voire jamais utilisées. Un enquêté nous a même expliqué que malgré leurs performances certains responsables de FabLab refusent de les mettre à disposition des usagers car ces machines « clé en main » ne permettraient pas, selon eux, la mise en œuvre des valeurs de partage et d’apprentissage collectif qui fondent la philosophie de leur atelier.

56Comme nous l’évoquions précédemment, en ce qui concerne l’impression 3D, le droit s’est jusqu’ici surtout concentré sur des problématiques de propriété intellectuelle, liées à la possibilité (en partie théorique) de répliquer à l’envi une vaste gamme d’objets dont certains sont – à l’image du maître Yoda que l’on trouve dans tous les FabLabs –
l’objet de droits d’auteurs dont on peut supposer qu’ils n’ont pas fait l’objet de licences en bonne et due forme. Si des questions de droit d’auteur sont bien posées par cette technologie, il est important de souligner que les problèmes demeurent encore pour l’instant à l’état latent, au vu des utilisations effectives constatées jusqu’ici.

  • 45 Brent, Stephens, Parham Azimi, Zineb El Orch, et Tiffanie Ramos, « Ultrafine particle émissions fro (...)
  • 46 Greenberg, Andy, « How 3-D Printed Guns Evolved Into Serious Weapons in Just One Year », Wired, 15 (...)
  • 47 Par exemple le réseau « E-nabling The Future » met déjà en contact des personnes ayant besoin d’une (...)
  • 48 Le 3 août 2015, la Food and Drugs Administration a autorisé la mise sur le marché aux États-Unis, à (...)

57Par contre d’autres problèmes existent d’ores et déjà et ont encore peu été abordés sous l’angle juridique ou par la doctrine juridique. On peut penser par exemple aux questions liées à la responsabilité, aux risques sanitaires, environnementaux, ou encore à la santé et la sécurité des travailleurs et des publics au sein des FabLabs. En effet, comme pour les imprimantes papier, les imprimantes 3D font potentiellement prendre des risques à leurs utilisateurs. L’utilisation de poudres (parfois nanostructurées), la manipulation de bains d’acétone, le chauffage de polymères et l’émission de particules ultrafines45, participent par exemple à une pollution de l’environnement d’utilisation et pourrait poser des questions de santé publique et/ou de santé au travail. Se posent également des questions de sécurité et d’ordre public dans la mesure où les imprimantes 3D permettent la reproduction d’objets potentiellement dangereux et dont la possession est réglementée, typiquement les armes à feu. Au-delà d’une question de droit d’auteur, il s’agit plutôt dans ce cas de réfléchir à un contrôle, par le droit notamment, du partage de fichiers dont la transformation en objets prendrait une dimension criminelle46. Enfin, comme précédemment, les réglementations peuvent être interrogées par des technologies offrant à chacun de nouvelles capacités de contournement des circuits de distribution (et de contrôle) des médicaments et des dispositifs médicaux. Il devient par exemple possible aujourd’hui de fabriquer ses propres prothèses à partir de fichiers mis en partage sur le Web47, ou encore de composer des médicaments spécifiquement adaptés à ses besoins physiologiques en les « imprimant »48, peut-être un jour depuis chez soi.

Conclusion

58Finalement, que nous disent ces deux cas de la normativité des machines, et plus largement des objets technoscientifiques ?

59Si l’on s’en tient aux grands discours évoqués au début de l’article, la réponse va de soi : ces machines sont normatives parce qu’elles sont porteuses de grands projets de changement social, économique, culturel, etc. Il nous semble que le croisement des perspectives disciplinaires, et la confrontation des discours aux pratiques, permettent de ne pas réduire l’analyse à cette unique dimension. Des décalages, des distorsions deviennent visibles, non seulement entre les grands discours et les pratiques sociales effectives, mais aussi parfois au sein même des discours et des pratiques. Et il est parfois difficile de superposer les utilisations de ces technologies (aussi diverses soient-elles) avec les imaginaires, symboliques et politiques, de leurs promoteurs dans les assemblées, les entreprises, ou sur le terrain.

60Mais si les discours sur les techniques ne sont pas aussi performatifs que cela, si les pratiques ne sont finalement pas aussi clairement en phase avec les discours de rupture technologique, économique, sociale, et politique qui structurent les politiques publiques de développement des « nanos » et des FabLabs, ne pourrions-nous pas être tentés de conclure que, symétriquement, ces machines ne sont pas normatives du tout ? C’est sûrement une manière possible de voir les choses, auquel cas notre réflexion n’aurait pas beaucoup avancé. Les phases préalables au travail doctrinal que nous mentionnions, n’auraient, de même, plus de sens, le travail classique de la doctrine dogmatique n’ayant, finalement, qu’à s’exercer en aval, une fois que, des discours et programmes, nous serions passés aux politiques et au droit brut.

61Entre l’idée d’une normativité massive qui aligne de manière quasi-téléologique changement technique et changement social global, et l’idée d’une absence totale de normativité qui s’en tiendrait au mythe de la neutralité de la technique (la seule question étant alors ce que l’on décide d’en faire…), il existe peut-être une troisième voie pour interroger la normativité des objets technoscientifiques. Plutôt qu’un « tout ou rien » normatif, leur normativité serait plutôt à chercher, justement, dans ces décalages que nous avons pu observer sur le terrain. Ces décalages montrent que ces « machines à changer le monde » placent en fait le social et le technique dans des rapports qui sont toujours déphasés, asynchrones ; que technique et société ne sont jamais complètement présents l’un à l’autre ni solubles l’un dans l’autre, de même que technique et droit, ou droit et société. Une nouvelle manière d’interroger la normativité des technosciences se dessine alors. Elle consiste :

  1. À cesser de prendre pour argent comptant les grands discours qui alignent les machines et les promesses dans la temporalité des « technologies émergentes », ce cadre temporel qui, en nous exhortant à poser les problèmes « en amont », ne dit pas se situe l’amont, ne va pas chercher qui en décide et pourquoi.

  2. À refocaliser l’analyse sur les pratiques matérielles et discursives du présent, point où se construit collectivement notre manière d’appréhender les temporalités des technosciences.

  3. À retrouver dans le présent non pas un point sans épaisseur sur une ligne temporelle déjà tracée, mais un nœud de temporalités multiples, hétérogènes, contingentes, et travaillées par des distorsions. Centrer l’analyse sur les machines est un moyen de mettre en lumière et de mettre en valeur cette hétérogénéité et même d’en prendre soin. Pourquoi ? Pas seulement pour se satisfaire du constat d’un chaos, ou d’un défaut de cohérence, mais justement pour rouvrir la question du choix du cadre temporel pertinent dans lequel les problèmes doivent être posés et discutés collectivement.

62Au lieu de situer les problèmes dans des cadres temporels tout faits, comme celui des « technologies émergentes », il importe donc de réintégrer la construction des cadres temporels dans la manière dont on pose les problèmes. Plutôt que d’user d’une fiction similaire – arrêter le temps pour évaluer les forces en présence et planifier leur traduction juridique – il est utile d’intégrer toutes les dimensions temporelles des problématiques dans notre questionnement. Ainsi, en ne nous concentrant plus uniquement sur le temps fictif des discours et le temps suspendu du droit positif, peut-être pourrons-nous penser les normativités à l’œuvre dans les objets et pratiques technoscientifiques comme autant d’objets de réflexions, ce qui pourrait présenter le triple avantage de multiplier nos objets, nos terrains, nos raisons de travailler tout court et de travailler ensemble ; de replacer notre réflexion dans les temps présents en rompant les ponts avec le conservatisme valorisé par l’activité doctrinale ; et enfin de mettre beaucoup de noyaux dans nos clafoutis, parce que c’est de leur présence, dit-on, que vient le bon goût de ce gâteau.

Haut de page

Notes

1 Le Courant STS désigne un ensemble d’études interdisciplinaires des sciences et technologies qui s’est développé et progressivement structuré, notamment autour de la Society for Social Studies of Science (autrement appelée 4S), aux États-Unis, à partir de 1975. Le premier manuel consacré à ce courant d’analyses a été publié en 1995. V. S. Jasanoff, G.E. Markle, J.C. Peterson et T. J. Pinch, Handbook of Science and Technology Studies, Thousand Oaks, Sage Publ., 1995.

2 Pour des variations sur ces concepts, associés au design ou au monde du bricolage, V. D. Gauntlett, Making Is Connecting. The Social Meaning of Creativity, from DIY and Knitting to YouTube and Web 2.0, London, Polity, 2011 ou encore, Y. Rumpala, « L’impression tridimensionnelle comme vecteur de reconfiguration politique », Cités 3/2013 (no 55), pp. 139-162.

3 Sur les structures en question et le positionnement de nos recherches en Sciences humaines et sociales en leur sein, V. S. Lacour et al., « Deliberating responsibility : a collective contribution by the C’Nano IdF Nanoscience & Society Office », Foundations of Chemistry, Octobre 2015, Volume 17, Issue 3, p. 225-245.

4 Philippe Jestaz et Christophe Jamin, « L’entité doctrinale française » (1997) 22 Dalloz 167-175.

5 Dans un autre style, la doctrine serait « l’épouse au foyer, chargée de mettre chaque jour en ordre les normes que le législateur et le juge ne cesseraient d’empiler ou de laisser traîner dans la maison du Droit. », Alain Supiot, « Ontologie et déontologie de la doctrine » (2013) 21 Dalloz 1421-1428.

6 Olivier Cayla, « Ouverture : la qualification, ou la vérité du droit » (1993) 18 Droits Rev Fr Théorie Philos Cult Jurid 3-18.

7 Marie-Angèle Hermitte, « Le droit est un autre monde » [1999] 7 Enquêtes, Arch Rev Enq 17-37.

8 Pour se faire une idée des applications existantes ou programmes et des disciplines scientifiques et technologiques concernées, on peut se référer au dossier thématique « Droit et Nanotechnologies », sous la direction de S. Lacour, Cahiers Droit, Sciences & Technologies no 1, 2008 ou, plus récemment, Francis Chateauraynaud, « Trajectoires argumentatives et constellations discursives » (2015) 188 :6 Réseaux 121-158.

9 Ibid.

10 Stéphanie Lacour, « L’impossible définition des substances à l’état nanoparticulaire ; Note sous Décret numéro 2012-232 du 17 février 2012 relatif à la déclaration annuelle des substances à l’état nanoparticulaire pris en application de l’article L. 523-4 du code de l’environnement » (2012), 5, Environnement, 14-18.

11 Jean-Baptiste Thomas-Sertillanges, « Droit et technologies : concilier l’inconciliable ? » (2014) vol. 10 :2 Cahiers du Numérique, 17-40.

12 V. Notamment, Jérôme Lamy, « Penser les rapports entre sciences et politique : enjeux historiographiques récents » [2007], 102 Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 9-32 ; Terry Shinn, Nouvelle production du savoir et triple hélice, Actes de la recherche en sciences sociales no 141-142, Le Seuil, 2002, p. 21-30.

13 Stéphanie Lacour, « Nanotechnologies : réguler l’incertitude ? » (2011) 78 :2 Droit Société 429-446.

14 Alain Gras, « L’évaluation du fait technique, une métaphysique pour l’hypersauvage contemporain » (2011) 128-129 :1 Cah Int Sociol 285-297.

15 V. Danièle Lochak, « La doctrine sous Vichy ou les mésaventures du positivisme » dans l’ouvrage Les usages sociaux du droit, CURAPP-PUF, 1989, p. 252 et s.

16 Pour la traduction française, voir Eric DrexlerEngins de création : l’avènement des nanotechnologies. Vuibert, Paris, 2005.

17 Notamment au sein de la petite communauté de l’électronique moléculaire (Aviram, Ratner, Carter). Cette discipline, qui avait le vent en poupe dans les années 1970, était moribonde dans les années 1980 après le décès de Forester Carter en 1987 et l’absence de traduction des promesses et des financements en perspectives industrielles exploitables. Drexler redonnait de l’eau à leur moulin (sur l’histoire de l’électronique moléculaire, voir Hyungsub Choi et Cyrus M. Mody, « The Long History of Molecular Electronics. Microelectronics Origins of Nanotechnology », Social Studies of Science 39(1), 2009, p. 11-50). On trouve aussi des références précoces à Drexler chez des chercheurs en « design des protéines » comme Kevin Ulmer, « Protein engineering », Science 219 (4585), 1983, p. 666-671 : « protein design thus represents the first major step toward a more general capability for molecular engineering which would allow us to structure matter atom by atom » (p. 670). L’auteur cite l’article « Molecular Manufacturing » d’Eric Drexler (1981). Ces deux communautés techno-utopiques de la côte Ouest des États-Unis entretenaient alors des contacts étroits.

18 L’exploit avait déjà réalisé involontairement, lorsqu’on laissait la machine scanner « toute seule » de nuit pour minimiser les vibrations parasites.

19 Donald Eigler et Erhard Schweizer, « Positioning single atoms with a scanning tunnelling microscope », Nature, 344(6266), 1990, p. 524-526.

20 New Technologies for a Sustainable World, U.S. Senate Committee on Commerce, Science, and Transportation’s Subcommittee on Science, Technology, and Space, 26/06/1992, Foresight Institute Update no 15. Texte écrit : https://www.foresight.org/Updates/Update14/Update14.1.html#anchor634804.

Communication orale et échange avec Al. Gore: https://www.foresight.org/Updates/Update15/Update15.1.html.

21 Chris Tourney, “Apostolic succession”. Engineering and Science68(1), 2005, p. 16-23.

22 Voir par exemple : Robert Driscoll, Michael Youngquist, et John Baldeschwieler, « Atomic-scale imaging of DNA using scanning tunnelling microscopy », Nature 346 (6281), 1990, p. 294-296. Pour le démenti : Wolfgang Heckl et Gerd Binnig, « Domain walls on graphite mimic DNA », Ultramicroscopy, 42, 1992, p. 1073-1078.

23 Selon les promoteurs du programme de développement et de financement des nanotechnologies, Mihail C. Roco en tête, la prochaine révolution scientifique, technologique, économique, et sociale viendra de la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information, et des technologies de la communication (Roco, Mihail C., and William Sims Bainbridge, Converging technologies for improving human performance : Nanotechnology, biotechnology, information technology and cognitive science. Kluwer Academic Publishers, 2003).

24 Voir le rapport CTEKS (Converging technologies for a European Society of Knowledge) : Nordmann, Alfred, et al., “Converging technologies–shaping the future of European societies”, Interim report of the Scenarios Group, High Level Expert group, 2004, vol. 3 ; Nordmann, Alfred. « European experiments, » Osiris 24.1 (2009) : 278-302.

25 Rumpala Yannick, « L’impression tridimensionnelle comme vecteur de reconfiguration politique », Cités, 2013/3 no 55, p. 139-162.

26 Industrie 2.0 : Jouer la rupture pour une renaissance de l’industrie française. Rapport McKinsey France, Novembre 2013, p. 14-15.

27 Pour l’impression 3D, cf. Obama dans son discours sur l’état de l’Union 2013 pour les US ; projets Montebourg pour la France.

28 P. B. Joly, “On the economics of techno-scientific promises”, in M. Akrich, Y. Barthe, F. Muniesa & P. Mustar (eds), Débordements : Mélanges offerts à Michel Callon, 2010, Paris, Presses des Mines, p. 203-222. Marc Audétat (dir.), Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ? Hermann, 2015.

29 Les formations universitaires en « nano » mettent par exemple toutes en avant l’importance de la maîtrise des techniques associées à l’utilisation de ces instruments (V. Fages et V. Albe, « Social issues in nanoscience and nanotechnology master’s degrees : the socio-political stakes of curricular choices », Cultural Studies in Science Education, 10(2), 2015).

30 Christian Joachim et Laurence PlévertNanosciences, la révolution invisible, Paris, Seuil, 2008.

31 Schummer J., « Interdisciplinary issues in nanoscale research », in Nordmann A., Schummer J., Baird D. (eds.), Discovering the Nanoscale. Amsterdam : IOS Press, 2004 ; Deepa Chari, Robert Howard, et Brian Bowe, « Disciplinary Identity of Nanoscience and Nanotechnology Research- A Study of Postgraduate Researchers’ Experiences », International Journal of Digital Society, vol. 3, Issue 1, 2012, p. 609-616.

32 Jouvenet, Morgan, « Nanosciences et nanotechnologies : une coopération modèle ? Expérience et sens politique des scientifiques », Terrain, 58, 2012, p. 44-53.

33 Galison, Peter, Image and logic. A material culture of micro-physics, Chicago, The University of Chicago Press, 1997.

34 Terry Shinn et Anne Marcovitch, Towards a New Dimension. Exploring the Nanoscale, Oxford University Press, 2014.

35 Chuck Hull brevète en 1984 un procédé de stéréolithographie qui le conduira à la création de l’entreprise 3D system en 1986, commercialisant la première imprimante 3D commerciale. En France, en 1984 également, un autre brevet de stéréolithographie est déposé par Alain Le Méhauté, Olivier de Witte et Jean-Claude André.

36 Barak Obama, le 12 février 2013, dans son discours sur l’état de l’Union, s’est longuement attardé sur l’imprimante 3D, une technologie ayant « le potentiel pour révolutionner la façon dont nous faisons presque tout ». En France, en 2014, le soutien au développement de l’impression 3D a été intégré au plan « Usine du futur », un des 34 plans de la « Nouvelle France industrielle » lancés par Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.

37 Makerbot Industries, une des entreprises les plus importantes sur le marché des imprimantes 3D à usage domestique est, par exemple, créée en 2009.

38 Lallement, Michel, L’âge du faire : hacking, travail, anarchie, Paris, Seuil, 2015.

39 Bottollier-Depois François, Bertrand Dalle, Fabien Eychenne, Anne Jacquelin, Daniel Kaplan, Jean Nelson, Véronique Routin, État des lieux et typologie des ateliers de fabrication numérique, Rapport final à la Direction générale des Entreprises, avril 2014, p. 9.

40 Lallement, ibid., p. 49-55.

41 Bottollier-Depois et alii, ibid., p. 60-72.

42 Des espaces de partage de fichiers et d’informations diverses, en libres d’accès, sur le modèle de l’encyclopédie Wikipedia.

43 Lallement, ibid., p. 387-390.

44 Bottollier-Depois et alii, ibid., p. 22.

45 Brent, Stephens, Parham Azimi, Zineb El Orch, et Tiffanie Ramos, « Ultrafine particle émissions from desktop 3D printers », Atmospheric Environment, vol 79, nov. 2013, p. 334-339.

46 Greenberg, Andy, « How 3-D Printed Guns Evolved Into Serious Weapons in Just One Year », Wired, 15 May 2014.

47 Par exemple le réseau « E-nabling The Future » met déjà en contact des personnes ayant besoin d’une prothèse et des utilisateurs d’imprimantes 3D.

48 Le 3 août 2015, la Food and Drugs Administration a autorisé la mise sur le marché aux États-Unis, à partir du premier trimestre 2016, du SPRITAM®, un antiépileptique développé par l’entreprise pharmaceutique Aprecia, imprimé en 3D par la plateforme ZipDose®.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Volny Fages, Stéphanie Lacour et Sacha Loeve, « Trajectoires comparées des nanotechnologies et de l’impression 3D », Cahiers Droit, Sciences & Technologies, 6 | 2016, 55-73.

Référence électronique

Volny Fages, Stéphanie Lacour et Sacha Loeve, « Trajectoires comparées des nanotechnologies et de l’impression 3D », Cahiers Droit, Sciences & Technologies [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 20 février 2017, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cdst.revues.org/479 ; DOI : 10.4000/cdst.479

Haut de page

Auteurs

Volny Fages

Maître de conférence à l’ENS Cachan, Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie et de la Société, UMR 8533 CNRS- ENS Cachan –Université Paris I, Paris 8 et Evry

Stéphanie Lacour

Directrice de recherche au CNRS, ISP, ENS Cachan, CNRS, Université Paris-Saclay, 94235 Cachan, France-Université Paris Ouest, membre de la COMUE Université Paris Lumières

Articles du même auteur

Sacha Loeve

Chercheur au COSTECH, Université de Technologie de Compiègne, France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Réseau Droit, Scences et techniques
  • Logo CNRS
  • Logo AMU
  • Revues.org